« Devenir femme à quel âge», par M. Eduard Gratacós

ecografia-3D
L’échographie 3D: quelle est son utilité en médecine de la reproduction?
05/08/2019
Émotions et infertilité: ateliers psychoéducatifs pour mieux vivre les processus de reproduction
13/03/2020

« Devenir femme à quel âge», par M. Eduard Gratacós

Close up of beautiful mother holding her baby son in the arms

 Il est possible de devenir mère à des moments très différents de la vie, mais est-ce qu’il y a un moment idéal ? En moyenne, l’âge pour avoir le premier enfant a augmenté avec le temps. Cela arrive à pratiquement tout le monde, mais spécialement au sud de l’Europe et, bien évidemment, en Espagne.

Les femmes enceintes de plus de 35 ans sont passées de 5 % dans les années 70 à 25-35 % aujourd’hui. Le changement s’explique pour des raisons économiques et culturelles. Pour de nombreuses femmes travailleuses, une grossesse peut encore freiner leur trajectoire professionnelle, ce qui ajourne la décision pendant des années. De plus, il existe une tendance sociale à repousser l’âge de la maternité.

Biologiquement, l’âge idéal pour une grossesse se trouve entre 25 et 28 ans, mais nous pourrions dire que nous sommes programmés pour vivre moins de ce que nous vivons aujourd’hui. Les avancées médicales sont une révolution contre la sélection naturelle, l’espérance de vie a augmenté et les concepts classiques de jeunesse et vieillesse ont changé. Ainsi, pour de nombreux couples, le moment de concilier une maternité avec leur vie se trouve au-delà des 35 ans.

Cependant, bien que la santé et la médecine soient infiniment meilleures, le fait de repousser beaucoup l’âge de la grossesse présente des inconvénients.

Le problème le plus évident est la réduction de la fertilité. L’âge de la ménopause n’a pas changé. La qualité et la quantité d’ovules se réduit avec les années et, à partir de 35 ans, les possibilités d’une gestation spontanée se réduisent. Bien qu’ils soient nombreux à y parvenir, le nombre de couples ayant besoin d’un traitement de reproduction assistée augmente. Une fois obtenue, il s’agit d’une grossesse présentant un nombre de risques statistiquement plus élevé, mais la plupart des femmes en bonne santé ne sentiront pas de changements importants entre une grossesse à 30 ans et une grossesse à 40 ans.

En ce qui concerne le fœtus, il est vrai que les probabilités de malformations ou d’anomalies chromosomiques augmentent. Historiquement, il était considéré que 35 ans était un âge « limite », mais ceci n’a aucune base scientifique de nos jours. Il y a, en effet, une augmentation progressive : à 25 ans, le risque d’avoir un enfant atteint du syndrome de Down est de 1 sur 1000, tandis qu’à 40 ans il est de 20 sur 1000. Il y a donc une augmentation claire avec l’âge, mais même à 40 ans, la probabilité réelle est de 2 %. De plus, aujourd’hui, nous disposons d’un grande quantité de tests, non invasifs, pour détecter ces anomalies de manière précoce.

La mère a également plus de possibilités de subir des complications, dont l’avortement, l’accouchement prématuré, le retard de croissance intra-utérin qui oscille entre 1 % et 3 % – et une légère augmentation du diabète ou de l’hypertension. La grossesse est une surcharge pour le corps et peut accélérer l’apparition de ces problèmes, notamment dans les cas d’une prédisposition préalable, et il est plus facile que cela arrive à 40 ans qu’à 30 ans.

Mais, comme nous le savons, l’environnement (soit, le fait de prendre soin de nous) est un facteur bien plus important pour la santé que la génétique. C’est pourquoi une femme de 45 ans ayant de très bonnes habitudes peut avoir une meilleure grossesse qu’une femme de 30 ans avec de mauvaises habitudes.

Par conséquent, depuis la perspective de la santé publique, le fait de retarder les grossesses n’est pas la meilleure idée, puisque cela augmente les cas de reproduction assistée et les possibles complications. Du point de vue personnel, les risques sont petits et la majorité peut envisager des grossesses jusqu’à 45 ans (ou plus) chez des patientes en bonne santé. Que le fait que les parents aient 40 ans d’écart avec leurs enfants soit bon, mauvais ou pas… c’est une autre histoire.

Eduard Gratacós Solsona, Medical Director FIVclínic

Fem servir cookies pròpies i de tercers per millorar els nostres serveis mitjançant la personalització de l'accés a la nostra pàgina i l'anàlisi dels vostres hàbits de navegació. Si continueu navegant, hom considera que n'accepta el seu ús.

ACEPTAR
Aviso de cookies